DIE SYNTHETISCHE REPUBLIK “FABRIQE ELECTRIQE”

Je suis tombé amoureux de cette magnifique étrangeté. Je ne sais rien d’eux/de lui/ d’elle. Le fin limier que je suis va s’avancer et dire que le projet semble allemand, mais même ça ce n’est pas du 100% (les turinois de Monuments par exemple, à la langue de Goethe bien pendue).

Des arpeggios globuleux dans des conserves en fer blanchi au soleil, un vocoder intemporel par inadvertance – comme on peut être à la mode malgré soi si on reste fidèle qui à la vareuse, qui à l’affreux boot cut –, des pleins métronomiques, usinés et résolus, et des déliés vraiment très rêveurs, contemplatifs qui me rappellent la pause Babybel-Coca de 3h30, durant laquelle on n’entendait plus vraiment les chaînes qui roulent au loin en circuit fermé (charriant les mottes de beurre avarié dont on fait les cœurs vanille et fraises des bichocos), seulement l’entrechoquement de pensées hagardes, mais si paisibles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s